La mission de stage : une pratique en ingénierie de formation

  • elle se réalise dans une structure (entreprise, organisme de formation, cabinet de conseil, institution en charge d’une politique…) à partir d’une demande formalisée par un de ses représentants qui assure le tutorat de l’étudiant(e)

  • elle soutient une démarche réflexive, attestant de la mobilisation des compétences, par la rédaction du mémoire professionnel accompagnée par l’équipe pédagogique.

Pour faciliter la recherche de stage par l’étudiant(e) et la définition conjointe, entre l’étudiant(e) et la structure qui l’accueille, des activités relevant de l’ingénierie de formation, nous avons voulu préciser les points-clés d’une mission, pour nous, significative de l’ingénierie de formation.

Le champ professionnel d’exercice des métiers de la formation n’est en effet pas réglementé au point de pouvoir toujours clairement identifier les activités propres à l’ingénierie de formation et ces éléments sont un guide pour définir le contenu et les contours de la mission, en vue de concilier les besoins de la structure accueillante avec les attendus de la formation.

On trouvera donc ci-dessous des éléments de repère pour rechercher un stage, ceci sachant que la première étape de l’accompagnement mémoire (UE 1, premier semestre) consistera à préciser et caractériser la mission avec l’étudiant(e), si nécessaire, en relation avec le tuteur dans la structure. 

Une action en responsabilité : l’apprenti(e)-ingénieur est inscrit(e) dans une chaîne de décision, de conception ou de mise en œuvre ; son avis compte, qu’il s’agisse de préconisation/recommandation sur la marche à suivre ou du pilotage/organisation de l’action.

Une action en partenariat : il y a d’autres acteurs impliqués et associés au processus d’action. L’apprenti(e)-ingénieur participe à la construction, au maintien ou à la dynamisation des relations de travail et des échanges entre les partenaires internes/externes à la structure.

L’action à concevoir ou mettre en œuvre exige de l’apprenti(e)-ingénieur qu’il(elle) prenne en compte au moins deux niveaux d’analyse et de définition sur trois ; on distingue en effet généralement, dans le processus de conception et de conduite du projet le niveau « macro », caractérisant la dimension politico-juridique et le contexte socio-économique social déterminant le domaine et les hypothèses d’action, le niveau  « méso », définissant les modalités de coopération et de partenariat à construire pour configurer l’action de formation auprès des publics et fixer les règles d’intervention des différents acteurs concernés. Enfin, le niveau « micro » concerne les interactions avec les publics concernés par l’action et s’intéresse tout particulièrement à la conception du processus d’apprentissage et de formation.

 

L’apprenti(e)-ingénieur prend en compte les éléments budgétaires ou financiers associés à l’action : s’il n’est pas nécessaire qu’il (elle) soit en situation de produire un outil de gestion et de suivi d’une ligne de dépenses/recettes/financement, il est attendu qu’il (elle) justifie ses choix et modes d’interventions en connaissance des coûts et moyens associés à l’action.

Enfin, une attention sera portée par l’apprenti(e)-ingénieur à la gestion des ressources humaines des acteurs concernés par son projet, qui comprendra un volet management des collaborateurs/collègues ou partenaires, animation d’équipe à l’occasion de la mise en œuvre de l’action (à des fins de production, d’évaluation,..) ou toute autre démarche significative de leur reconnaissance et professionnalisation.

 


Qu'est-ce qu'un mémoire professionnel ?

mot de passe : CUEEP-M2IF

 

Durée 3mn35s

Ce film a été réalisé par les étudiants du master 2 ingénierie de formation de l'année universitaire année 2010-2011 dans le cadre de la préparation d’une réunion tuteurs/équipe pédagogique.

 


 

Missions professionnelles d'étudiants de M2IF

 

A titre d’exemple, vous trouverez ci-dessous la liste des missions professionnelles des étudiants master 2 Ingénierie de Formation 2012 – 2013 (en présentiel)

  • élaborer la maquette pédagogique d’une future Union Régionale des Métiers et de l’Artisanat sur un territoire

  • reconcevoir le plan de formation d’un organisme de formation

  • évaluer les formations et participer à la création d’outils de la Gestion Prévisionnelle des Emplois et Compétences dans une entreprise

  • participer à la mise en place de nouvelles formations dans un établissement hospitalier et déployer le développement professionnel continu des professionnels de santé

  • reconcevoir et construire les parcours professionnels individuels en vue de la certification

  • organiser la structuration opérationnelle de l’offre d’un organisme de formation

  • analyser les besoins et formaliser l’offre de formation auprès d’un réseau régional de l’insertion par l’activité économique

  • assister la mise en place du plan de formation et élaborer un référentiel de compétences

  • élaborer un référentiel de formation au management de la diversité en entreprise

  • évaluer et adapter l’offre de formation aux bénévoles d’une association de prévention du cancer

  • concevoir le projet de soutien et de remédiation auprès des apprentis en difficultés

  • analyser les besoins de formation en lien avec l’émergence d’un nouveau métier commercial et dans un contexte de fusion d’entreprises

  • répondre à une demande de formation interne de prévention de la pénibilité au travail et mesurer son efficacité

  • concevoir et mettre en place un nouveau dispositif de formation professionnelle en formalisant le rôle du tutorat

  • professionnaliser les chargés d’études et d’évaluation du risque financier dans une banque, en relation avec ses partenaires d’offre de crédit revolving

  • analyser les enjeux de l’évaluation de la formation et mettre en place un suivi post-formation dans les pratiques managériales

  • accompagner le changement par la formation : l’évaluation qualitative d’un dispositif de formation par les managers peut elle servir leur propre professionnalisation

  • écrire les procédures qualité d’un centre de formation du transport ferroviaire – fondements communicationnels

  • fédérer les entreprises aux nouvelles pratiques de tutorat

  • concevoir et mettre en œuvre un dispositif de travail collaboratif sur WIKI


    La durée du stage est de 100 jours minimum. Le temps d'intervention et d'investigations dans la structure d'accueil devra être réparti tout au long de la formation. Son rythme sera négocié avec la structure au moment de la validation d'une lettre de mission rédigée dans le cadre de l'UE Accompagnement au prémémoire.